© 2013 by Marc Streichen

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-flickr

Autres

Performance

"A la recherche de l’é(ph)élant bleu". 2012. Performance de peinture sur tablette graphique numérique projetée. Siège Barclays Toulouse
Et si un tableau n'était pas un objet fini mais au contraire la matérialisation d'un point de départ d'une réflexion, d'un voyage sensoriel et imaginaire ?
Protocole : Parmi les 40 toiles abstraites exposées, les visiteurs vont décrire les images qu'ils ont perçues. En live je modifie les versions numériques de ces toiles pour en amplifier certains aspects (contrastes, ombres...). Cela permet de partager avec l'assemblée la vision du regardeur. Pour une même toile plusieurs personnes peuvent "voir" différentes images. La difficulté est souvent de la partager avec l'autre. En effet, le cerveau reste souvent comme "bloqué" dans sa première vision.  Le spectateur devient donc acteur et créateur à partir d'un matériau de départ : le tableau. 

Une paréidolie est une sorte d’illusion d’optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent une forme humaine ou animale.

Le cerveau structure son environnement en permanence, quitte à transformer les informations fournies par la rétine en objets connus. À la différence des illusions d’optiques qui découlent des lois universelles de la perception humaine, chacun peut, dans le cas des paréidolies, voir une chose différente. L’Homme a tendance à deviner notamment des visages dès qu’un objet y ressemble. Les attentes, les prédispositions, la culture de chacun a un impact sur ces « projections ». Les paréidolies relèvent donc de phénomènes cognitifs complexes.
Les pistes neuro-cognitives pour expliquer la paréidolie tiennent de la neurophysiologie de la perception : « On devine plus qu’on ne voit » ainsi que de mécanismes innés de reconnaissance de formes.
Wikipédia

Gravure monotype

Pochette de CD et de disque vinyl

Contacté par le musicien Ruby My Dear et sa maison de disques en 2013, j'ai réalisé l'artwork (visuels pochette CD, Vinyl, web) de son album. C'était l'occasion d'une belle réflexion sur comment je pouvait "traduire" la musique en images visuelles en suivant les chemins initiés par Paul Klee et tant d'autres : rythme, couleurs sonores, mélodies, accords...

J'ai tellement aimé cette expérience que j'ai fait cadeau d'un deuxième visuel pour l'intérieur de la pochette du disque. Après toutes ces années, il me suffit de regarder ces tableaux pour... lire sa musique, et avoir envie de réécouter son album.

1/1

Book et livres d'artistes